Le bal mécanique

Marcel Breuer avait conçu ce modèle dans l’optique d’une grande série. Il souligna le gain économique sur le transport de ce fauteuil en neuf pièces, démontable avec de simples outils

« Un jour, tous les mobiliers seront livrés à plat et pourront être montés à la maison. Imaginez la baisse du coût de fabrication et de livraison ! Des meubles modernes pour le plus grand nombre ! »

Je pensais à la salle à manger des Tourelles, encombrée de sombres bahuts sculptés.

Mon grand-père aurait hurlé à cette prophétie d’avenir chromé.

Le bal mécanique        Yannick Grannec

Vous n’y connaissez rien au Bauhaus, vous ne vous intéressez pas spécialement au design, qu’il soit scandinave ou non, vous n’êtes pas fan des émissions de téléréalité et le ciel de Saint Paul de Vence n’évoque rien d’autre pour vous que des vacances au soleil, qu’importe, ce roman, rondement mené, vous fera découvrir  ces univers, sans doute pas aussi éloignés les uns des autres qu’on pourrait le penser de prime abord.

A travers une saga familiale, l’auteure, Yannick Grannec, déroule une histoire tout en subtilité. Des couloirs de la célèbre école du Bauhaus des années 30, aux plateaux des émissions de télé-réalité où se succèdent cris, pleurs et joies des candidats sous l’œil implacable de l’animateur vedette, en passant par les tourments d’un peintre vieillissant sous le soleil de Provence,  ce roman nous plonge dans des univers qui se croisent, se  mêlent et se répondent.

On croise Kandinsky, Gropius,  Meyer, Cornelius Gurlitt. On s’enivre de Champagne dans des palaces luxueux, on épouse le combat des jeunes étudiants  communistes du Bauhaus, on enquête sur les spoliations d’œuvres d’art par le régime nazi. Bref, plus de cinquante ans d’une histoire mouvementée au cœur de l’Europe où l’on aime, on rit, on se sépare, on espère, et, toujours, on continue de créer.

 

Un soir, de l'été de 1929, laprestigieuse école du Bauhaus à Dessau, a donné un bal costumé. C'tit avant que les nazis ne dévorent l'Europe, c'était un temps où l'on popuvait ncore croireau progès, à l'art et au sens de l'Histoire. Pendant ce bal, ubne jeune femme Magd, a dansé, bu, aimé...

Un soir de 1929, la prestigieuse école du Bauhaus à Dessau, a donné un bal costumé. C’était avant que les nazis ne dévorent l’Europe, c’était un temps où l’on pouvait encore croire au progrès, à l’art et au sens de l’Histoire. Pendant ce bal, une jeune femme, Magda, a dansé, bu et aimé…

 

 

 

 

 

 

Publicités

Une maison dans un arbre, ça vous branche ?

L’architecture végétale est l’art de faire pénétrer les végétaux dans les constructions, au cœur même des bâtiments. Il s’agit d’allier végétal et urbanisme, dans une alliance harmonieuse, dans l’idée de mettre en avant la beauté de cette alliance mais également de joindre l’utile à l’agréable : réfléchir, par ce procéder à l’isolation, la dépollution, le maintien de la biodiversité…

L’architecture végétale est une discipline encore mal connue mais en plein essor.

Qui ne s’est jamais dit que sa ville pouvait manquer de verdure ? Qui n’a jamais trouvé un certain apaisement dans une avenue boisée, au milieu de ces bâtiments froids ?

Aujourd’hui l’architecture végétale convainc de plus en plus de monde, amateurs comme artistes ou architectes : Luc Schuiten notamment est connu pour son œuvre qui donne un nouveau visage aux grandes mégalopoles européennes.

Luc Schuiten est un artiste qui, depuis plusieurs décennies, mêle dans ses travaux végétal et urbanisme afin de créer des cités végétales aux maisons naturelles et à l’architecture futuriste.

Cela vous intéresse ? Heureuse coïncidence, car le style inimitable et poétique de Luc Schuiten sera présent à la Saline pour la saison 2018 ! Voici une petite sélection d’ouvrages pour vous donner un avant-goût de son travail :

« Enfant, je rêvais d’habiter les arbres. Aujourd’hui par la force de l’imaginaire, j’habite une cité archiborescente et je reviens de moins en moins souvent par ici. » (Luc Schuiten)

 

archiborescence2010.jpg

Archiborescence (29€)

Luc Schuiten présente dans cet ouvrage sa conception de l’architecture végétale et plus particulièrement de l’archiborescence, concept qu’il a lui-même inventé, au travers de dessins et d’esquisse toutes plus envoûtantes les unes que les autres. Nous sommes projetés au beau milieu de ses cités végétales, où la vie est imaginée menée en symbiose avec son environnement. Une ode au changement !

 

9782804700539,0-574345.jpg

Vers une cité végétale (29€)

Schuiten poursuit ici sa réflexion sur l’écologie et l’environnement, et propose des solutions applicables immédiatement, toujours dans cette poésie particulière qui le caractérise. L’ouvrage peut être vu comme un complément à Archiborescence comme une réflexion à part entière.

 

9782507051921,0-2010464.jpg

La maison des papillons (15€)

Nino aperçoit un papillon en plein centre-ville ; surpris, il se met à sa recherche, se demandant comment il survit en milieu urbain. Ce faisant, il croise un architecte, à qui il raconte son histoire. Et comment de cette rencontre va naître une merveilleuse maison…

A travers une histoire touchante et des planches pleines de poésie, Luc Schuiten et sa fille Maya signent un récit vibrant, où, dans une architecture futuriste, l’homme et la nature vivent en parfaite harmonie.

 

 

*Pour en savoir plus : http://www.jardinsdebabylone.fr/blog/architecture-vegetale/

 

Construire avec les ressources naturelles du Massif du Jura

Une conférence de Marc Forestier, organisée par la Maison de l’Architecture de Franche-Comté, dans ses locaux, 2 rue de Pontarlier à  Besançon  le mercredi 11 janvier 2017. 19h00

 

construire

Né en 1955, Marc Forestier choisit de s’établir en Franche-Comté après l’obtention de son diplôme d’architecte consacré à l’intégration bioclimatique de l’habitat dans le Haut-Jura.

Pierres sèches, chaux, bardeaux et tavaillons de bois fendu sont utilisés depuis presque toujours dans le massif du Jura, donnant des caractéristiques bien spécifiques aux constructions du  Haut-Jura.

Les préoccupations actuelles : efficacité énergétique, recherche d’un habitat sain, promotion des ressources locales, incitent à réinterroger ces savoir-faire ancestraux  qui utilisent des matériaux traditionnels qui s’avèrent étonnamment modernes.

Gratuit, renseignements  et inscriptions  : ma.fc@wanadoo.fr  ou 03 81 83 40 60

 

construire-avec-les-ressources-naturelles-du-jura

 

isbn : 9782828914684      35.00€

Librairie saline royale 03 81 54 45 47

librairie@salineroyale.com

Réenchanter le Monde

 Du 18 novembre 2016 au 29 janvier 2017, se tient, dans les anciennes cuisines de l’hôpital saint Jacques l’exposition « réenchanter le Monde »

reenchanter-le-monde

 

A l’heure où le projet de reconversion de l’hôpital saint Jacques se dessine de plus en plus finement, quoi de plus indiqué que les anciennes cuisines du célèbre édifice  bisontin pour accueillir cette exposition produite par la Cité de l’architecture et du patrimoine et présentée par la Maison de l’Architecture de Franche-Comté . C’est donc sous les hautes voûtes plusieurs fois centenaires que se dressent les panneaux présentant des réalisations architecturales innovantes et originales.

200 projets  répondent aux problématiques cruciales qui se posent aujourd’hui aux architectes du Nord et du Sud ; comment construire une civilisation urbaine ? Comment loger 9 milliards d’êtres humains? Comment protéger la nature et ses ressources ? Comment permettre un accès à des  logements décents  en toute équité ?

40 lauréats du Global Award for Sustainainable Architecture , dont les mots d’ordre sont : durabilité, flexibilité, adéquation technique et écologique, acceptance culturelle et sociale, et ce dans un souci de combat contre les inégalités, ont mené à bien des projets d’aménagement, de création, de rénovation ,de reconversion,  de réhabilitation de logements, de quartiers, de bibliothèques, d’écoles.

Ce qui frappe, sans doute parce que l’habitude n’était pas dans ce sens là, c’est le souci de l’humain qui va fréquenter, habiter ces lieux. L’approche est participative, l’architecture n’est pas une fin en soi, mais elle répond aux besoins des sociétés et de ceux et celles qui les composent.

201610-ma-flyer-exporeelm

 

Climats et milieux.

Variables et permanence de l’architecture

Conférence de Dominique Gauzin Muller

dominique-gauzin

Mardi 17 janvier 2017  19h30

Amphi 1 (l’Arsenal) 1, place Saint-Jacques Besançon

Dominique Gauzin Muller est une architecte française installée en Allemagne depuis 1986. Elle est spécialiste de l’architecture et de l’urbanisme éco-responsable.

Cette conférence est une incitation à l’usage inventif de principes bioclimatiques ancestraux et de matières naturelles pour une architecture porteuse de sens, entre low-tech et high-tech. Un panorama d’exemples traditionnels et contemporains issus des voyages de Dominique Gauzin Muller sur différents continents, ou comment l’architecture jette des ponts entre patrimoine et modernité durable.

Organisée par  La Maison de l’Architecture de Franche-Comté

Entrée gratuite, renseignements et réservations : ma.fc@wanadoo.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La nouvelle monographie de la Saline est arrivée !

capture

Depuis quelques années, faute de ré-impressions, un ouvrage retraçant l’histoire de la Saline Royale, et de son génial architecte, manquait. Il est désormais disponible ! 

La nouvelle monographie, publiée aux Editions du Patrimoine, propose une étude complète de l’oeuvre de Ledoux et de la Saline Royale enrichie de 216 illustrations, la plaçant comme l’ouvrage de référence sur ce site classé au Patrimoine Mondial.

Claude Nicolas Ledoux, créateur inspiré du siècle des Lumières, sans conteste l’un des plus grands noms de l’histoire de l’architecture, est l’architecte du roi, visionnaire utopiste, mais également théoricien, il développe une œuvre difficile à classer. C’est lors de sa nomination en 1771 au poste de « commissaire aux salines de Lorraine et de Franche-Comté » par Louis XV, qu’il s’approprie la commande de l’usine monumentale d’Arc-et-Senans, destinée à la production de sel.

Celle-ci doit répondre à trois exigences :

  • utiliser au mieux un emplacement à proximité d’une source d’énergie considérable (la forêt de Salins),
  • concevoir des bâtiments qui répondent à des normes d’exploitation rationnelles,
  • créer une architecture qui concilie habitat ouvrier et exigences d’une entreprise royale.

A la fin de sa carrière, lors de l’écriture de son traité L’architecture considérée sous le rapport de l’art, des moeurs et de la législation, Claude Nicolas Ledoux repense la Saline Royale pour en faire une cité idéale, souvent citée comme modèle. 

Cette monographie replace la Saline Royale au sein de l’œuvre de Ledoux, comme les barrières de Paris (dont celles d’Enfer, du Trône, de la Villette et de Monceau existent toujours), le pavillon de Louveciennes construit pour sa protectrice, Madame du Barry, le théâtre de Besançon ou le château de Bénouville. 

L’auteur, Dominique Massounie, maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Paris-Ouest, est également membre du conseil d’administration du groupe Histoire Architecture Mentalités Urbaines (Ghamu). Elle a publié L’Architecture des écuries royales de Versailles (1998), et Les Monuments de l’eau (2009, Éditions du Patrimoine, épuisé), ainsi que de nombreux articles et contributions à des actes de colloques. Elle est aussi co-auteur de l’« Itinéraire » sur Le Palais-Royal (2006, Éditions du Patrimoine). 

Sommaire : 

Introduction

L’exploitation du sel en Franche-Comté

L’œuvre ledolcien

I. L’œuvre

L’architecte de la maîtrise des Eaux et Forêts de Sens

Demeures aristocratiques et royales

De la « petite maison » au lotissement paysager

Architecture publique et urbanisme

II. Genèse d’une saline royale

L’idée d’une nouvelle saline

Comment la saline devint monumentale

Aménagement du territoire

Trois plans pour une saline

Une architecture pittoresque

De la saline naquit la ville

Habiter et travailler au Val d’Amour

III. Une saline au cœur de la forêt

Le chantier

La graduation et ses dépendances

Les bâtiments du cercle

L’ordonnance du diamètre

Places, promenades et jardins

IV. Une saline à l’ère industrielle

Les métiers de la saline

La saline dans le marché du sel

La saline au XXe siècle : la patrimonialisation

Conclusion

L’homme

L’art et le monument

Annexes

Glossaire / Bibliographie / Index 

Arc-et-Senans, La Saline Royale de Claude Nicolas Ledoux de Dominique Massounie publié aux Editions du Patrimoine. ISBN : 9782757705186.           224 p.     39.00€

La Grande Arche

De Laurence Cossé 

la grande arche

Il existe une légende en architecture qui veut qu’une personne soit sacrifiée pour que la construction ne s’effondre pas. En emmurant une personne vivante, les fondations peuvent tout de même s’élever. Mais la malédiction n’est pas tout à fait conjurée : le bâtiment devient alors invivable. La Grande Arche de la Défense, terminant la célèbre perspective de Paris, fait partie de celle-ci. 

L’épopée de la construction de l’Arche retracée par Laurence Cossé tient davantage de l’enquête journalistique que du roman, par sa rigueur et ses sources. Bien que réelles, les différentes histoires possèdent cependant tellement de péripéties, de tragiques et de magouilles qu’on pourrait les croire sorties de l’imagination d’un auteur de roman noir.

Tout d’abord, celle, tragique, de l’architecte danois Johan Otto Spreckelsen, artiste plus que technicien, qui n’a pas su s’adapter aux contraintes d’un tel enjeu politique et architectural. Ensuite la gabegie qu’est devenue cette construction pour l’Etat, représenté alors par François Mitterand, puis les coups de force de personnes comme Lion, Subileau et Andreu pour qu’elle voit le jour, ainsi que les intrigues politico-financières gravitant autour.   

Si quelquefois les chapitres sont désordonnés, c’est une aventure passionnante ou plutôt folle que nous relate Laurence Cossé dans ce livre.

Le « cube » comme l’appelait son créateur, resté inconnu du grand public, ne sera plus jamais regardé de la même façon après cette lecture. 

Je rajoute, mais cette fois de façon tout à fait chauvine, que la Saline Royale et son architecte sont évoqués dans ce livre…  

La Grande Arche de Laurence Cossé paru chez Gallimard dans la collection Blanche.       ISBN : 978-2-07-014204-0.            21.00€

Architecture : description et vocabulaire méthodiques

Incontournable !

de Jean-Marie Pérouse de Montclos 

Architecture

Depuis 1972, date de sa parution dans le cadre de l’Inventaire général, l’oeuvre de l’émérite historien de l’architecture Jean-Marie Pérouse de Montclos est une référence dans le domaine de l’architecture.

Des générations d’étudiants ont, potassé, sollicité, admiré, contemplé et rêvé de cet imposant ouvrage, aujourd’hui disponible dans une nouvelle édition. 

Quelques 1200 notions d’architectures y sont définies dans les trois grandes parties que compte ce livre : le vocabulaire général de l’architecture de la représentation à la conception, puis les différentes parties d’un édifice de ses fondations au décor et enfin les différents genres d’édifices et d’ensembles, selon leur vocation. 

Un ouvrage richement illustré de photographies, de plans et de schémas qui en font un allié indispensable des professionnels et un livre très agréable à feuilleter pour les néophytes. 

Architecture : description et vocabulaire méthodiques de Jean-Marie Pérouse de Montclos aux Editions du Patrimoine – ISBN : 978-2-7577-0124-9. 46€