Le bal mécanique

Marcel Breuer avait conçu ce modèle dans l’optique d’une grande série. Il souligna le gain économique sur le transport de ce fauteuil en neuf pièces, démontable avec de simples outils

« Un jour, tous les mobiliers seront livrés à plat et pourront être montés à la maison. Imaginez la baisse du coût de fabrication et de livraison ! Des meubles modernes pour le plus grand nombre ! »

Je pensais à la salle à manger des Tourelles, encombrée de sombres bahuts sculptés.

Mon grand-père aurait hurlé à cette prophétie d’avenir chromé.

Le bal mécanique        Yannick Grannec

Vous n’y connaissez rien au Bauhaus, vous ne vous intéressez pas spécialement au design, qu’il soit scandinave ou non, vous n’êtes pas fan des émissions de téléréalité et le ciel de Saint Paul de Vence n’évoque rien d’autre pour vous que des vacances au soleil, qu’importe, ce roman, rondement mené, vous fera découvrir  ces univers, sans doute pas aussi éloignés les uns des autres qu’on pourrait le penser de prime abord.

A travers une saga familiale, l’auteure, Yannick Grannec, déroule une histoire tout en subtilité. Des couloirs de la célèbre école du Bauhaus des années 30, aux plateaux des émissions de télé-réalité où se succèdent cris, pleurs et joies des candidats sous l’œil implacable de l’animateur vedette, en passant par les tourments d’un peintre vieillissant sous le soleil de Provence,  ce roman nous plonge dans des univers qui se croisent, se  mêlent et se répondent.

On croise Kandinsky, Gropius,  Meyer, Cornelius Gurlitt. On s’enivre de Champagne dans des palaces luxueux, on épouse le combat des jeunes étudiants  communistes du Bauhaus, on enquête sur les spoliations d’œuvres d’art par le régime nazi. Bref, plus de cinquante ans d’une histoire mouvementée au cœur de l’Europe où l’on aime, on rit, on se sépare, on espère, et, toujours, on continue de créer.

 

Un soir, de l'été de 1929, laprestigieuse école du Bauhaus à Dessau, a donné un bal costumé. C'tit avant que les nazis ne dévorent l'Europe, c'était un temps où l'on popuvait ncore croireau progès, à l'art et au sens de l'Histoire. Pendant ce bal, ubne jeune femme Magd, a dansé, bu, aimé...

Un soir de 1929, la prestigieuse école du Bauhaus à Dessau, a donné un bal costumé. C’était avant que les nazis ne dévorent l’Europe, c’était un temps où l’on pouvait encore croire au progrès, à l’art et au sens de l’Histoire. Pendant ce bal, une jeune femme, Magda, a dansé, bu et aimé…

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s