Parlons de choses qui fâchent : les impôts !

Si l’on devait établir un palmarès des impôts les plus détestés de l’histoire, nul doute que la gabelle récolterait quasiment tous les suffrages.

Instauré par Philippe VI Le Valois dans la première moitié du XIVème siècle, cet impôt sur le sel est resté synonyme d’injustice et d’inégalité entre les diverses régions, suivant qu’elles étaient productrices de sel ou non.

La délivrance des sels s’effectue grâce à un système hiérarchique de greniers à sel, qui désigne aussi bien l’entrepôt dans lequel est stocké le sel que le territoire sur lequel s’étend la juridiction. Les gabelous veillent à la bonne marche de ce système.

Les inégalités entres les diverses régions favorisent la contrebande, même si les risques sont élevés, le jeu en vaut la chandelle et ici ou là des révoltes ont éclaté et des contrebandiers se sont organisés. Au XVIIIème siècle, on considère que la contrebande fournit la moitié du sel consommé dans le royaume de France.

les invisibles

Dans la Gascogne de la seconde moitié du XVIIème siècle, la vie n’est pas toujours facile, alors, lorsqu’en 1665, Colbert impose la gabelle, terrible impôt sur le sel, une troupe de paysans conduite par Bernard d’Audijos prend les armes et part en guerre contre les gabelous.

Un récit mené de main de maître par Jean d’Harambat

Prix 2009 de la BD historique

 

 

 

 

sans-titre     « Mandrin, le plus magnanime des contrebandiers » aurait affirmé Voltaire

Une certitude, il demeure celui qui est entré dans la légende. Robin des Bois du XVIIIème siècle, c’est son histoire que nous raconte avec aisance Margot Bruyère

« Nous étions vingt ou trente

Brigands dans une bande

Tous habillés de blanc

A la mode des…

Vous m’entendez ?

Tous habillés de blanc

A la mode des marchands… »        La complainte de Mandrin XVIIIème siècle

 

etre brigand

 

C’est un spectre plus large que balaie le livre de Benoît Garnot. Une histoire du brigandage, vue sous les angles sociologique, historique et imaginaire, où l’on retrouve un Mandrin plus réel que fantasmé.

sur les traces des   Un tour de France insolite, sur les sentiers des faux sauniers et contrebandiers de tous poils, tous unis dans la même détestation des gabelous, et déployant des trésors d’imagination pour échapper aux représentants de la loi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s